Imprimer cette page

AG 1998

COMPTE-RENDU DE L'ASSEMBLEE GENERALE DU 5 SEPTEMBRE 1998 A LAUDUN (GARD)

Les lus des trois sites retenus pour l'implantation des laboratoires souterrains, reprsentants des associations adhrentes ou adhrents directs ont t accueillis par Monsieur le Maire de LAUDUN (30) ainsi que par l'un de ses adjoints.
Monsieur le Maire a rappel que la commune de LAUDUN est situe dans le primtre d'implantation de l'un des laboratoires potentiels et qu'elle figure au nombre des municipalits qui se sont exprimes contre cette ventualit.
Il a galement rappel la forte implantation nuclaire dans le Gard et la forte " culture " de cette nergie qui en dcoule; De ce fait, les dbats autour de cette question sont souvent passionns et l'quilibre est fragile entre les intrts qui coexistent, notamment entre le monde nuclaire et le monde viticole.

Un reprsentant du syndicat des vignerons tait d'ailleurs prsent notre assemble en tant qu'observateur.

Le Prsident et porte-parole, Jol CAS, a introduit les dbats en expliquant l'intrt et la symbolique de la tenue de notre assemble dans le Gard.

Le secrtaire a bross un rapport d'activit assez encourageant en ce sens que la plupart des objectifs qui avaient t fixs lors de l'Assemble gnrale constitutive du 13.12.1997 ont t atteints ou sont en passe de l'tre:
-rencontre avec les partis politiques et les diffrents ministres. Nous sommes dsormais reconnus comme des interlocuteurs part entire.
-sensibilisation des parlementaires au problme de la gestion des dchets nuclaires: les deux premiers numros de notre bulletin d'information leur ont t adresss
-constitution d'un fichier mdia national: chacun de nos communiqus est dsormais diffus l'ensemble de la presse crite et aux tlvisions et radios locales. Nous sommes parfois relays et avons fait part de notre disponibilit pour participer tout dbat sur la question.
-participation l'organisation et au droulement des manifestations nationales (30 et 31 mai 1998)

Reste amliorer ou raliser:
-renforcement de notre lgitimit par une vaste campagne nationale d'adhsion. Nous demandons nos adhrents de nous y aider en faisant connatre notre Coordination et en exposant le travail ralis.
-contact avec nos sympathisants au Parlement Europen

Le Trsorier nous prsente un rapport mritoirement quilibr au regard de la faiblesse de nos ressources constitues par les seules cotisations des associations adhrentes et des adhrents directs.

Afin de nous permettre de fonctionner efficacement et durablement, il est donc dcid l'unanimit d'augmenter la cotisation des associations adhrentes de 250 F 1000 F, celle des adhrents directs demeurant inchange 100 F.

Les deux rapports sont adopts l'unanimit.

Trois membres nouveaux intgrent le C.A.: Jeannie ARNEGUY et Herv GRIMAL (Gard) et Francois MASSEL (Haute-Marne)

Stratgie et perspectives:

Outre notre lgitimit qu'il faut encore renforcer, il est dcid de poursuivre dans la voie que nous nous tions trace qui est celle de l'information, de la sensibilisation et du " lobbying " permanent auprs des diffrentes instances dcisionnelles.

Entre autre dmarche, une demande d'entrevue sera adresse Monsieur Lionel JOSPIN.

S'agissant de la nouvelle donne relative la gestion des dchets suite la sortie du rapport de la Commission Nationale d'Evaluation, il est dcid de ragir par le biais d'un communiqu adress la presse ainsi qu' tous les acteurs politiques du dossier.
Ce communiqu est reproduit ci-dessous.

Notre assemble se termine par une confrence de presse laquelle sont prsents de nombreux journalistes locaux ainsi que RMC.

Toutes les excuses du secrtaire, malade pendant un mois, pour ce compte-rendu tardif.

Petit rappel aux associations comme aux adhrents directs: la cotisation couvrant la priode comprise entre deux AG, n'oubliez pas de radhrer. Merci.

Le secrtaire
C.KAISER

COORDINATION NATIONALE DES ELUS OPPOSES A L'ENFOUISSEMENT DES DECHETS RADIOACTIFS

COMMUNIQUE

LES LABORATOIRES SOUTERRAINS N'ONT PLUS DE RAISON D'ETRE.

REUNIS EN ASSEMBLEE GENERALE EN DATE DU 5 SEPTEMBRE 1998, les lus de la Coordination Nationale demandent solennellement au Gouvernement de revoir sa copie en ce qui concerne la gestion des dchets nuclaires.

Ils rappellent que la Commission Nationale d'Evaluation, organisme compos de scientifiques indpendants, sur laquelle le Gouvernement s'est toujours appuy, a remis courant juillet un rapport au sein duquel elle prconise notamment:

- l'abandon du stockage souterrain pour les dchets les plus dangereux (catgorie C) et leur maintien en sub-surface (faible profondeur): c'est l'ide que nous dfendons depuis toujours, sous certaines conditions
- le stockage souterrain dfinitif ( et non plus rversible) des dchets de moyenne activit (catgorie B), attendu que la rversibilit n'a, comme nous l'avions toujours dit, pas de sens en couche gologique profonde.

Or, les laboratoires envisags devaient servir prparer le stockage rversible (consensus du monde politique ce sujet), de tous les dchets l'exception des A (faible activit)

Trois choix sont donc possibles pour le gouvernement:
1. Faire fi des recommandations de la CNE et construire les laboratoires comme prcdemment envisags: les lus de la Coordination Nationale ne le comprendraient pas et leur raction serait la hauteur de ce scandale
2. Suivre totalement les recommandations de la CNE et, comme certains bruits le laissent penser, construire un centre d'tude pour le stockage en sub-surface des dchets C et un laboratoire pour tudier le stockage souterrain des dchets B: dans ce cas, les lus de la Coordination Nationale ne pourraient qu'approuver l'tude en sub-surface condition que le stockage envisag se fasse proximit des lieux de production . Mais le Gouvernement les trouverait nouveau sur sa route pour combattre l'ide d'enfouissement des dchets B dont la dangerosit, mme relative, n'est pas dmontrer.
3. Suivre partiellement les recommandations de la CNE pour satisfaire au consensus politique et thique relatif la rversibilit des stockages: remonter l'ensemble des dchets en surface ou en sub-surface, l o l'homme est capable de les surveiller, de les reconditionner, de les reprendre et, esprons le, de les liminer grce aux progrs de la science. Cette option consisterait en l'abandon pur et simple des projets de laboratoires souterrains et rejoindrait les positions que nous dfendons.

Quoiqu'il en soit, il apparat d'ores et dj que, compte tenu de cette nouvelle donne, le Gouvernement ne prendra probablement plus de dcision htive, comme le lui rclament toujours les partisans des laboratoires, mais qu'il souhaite plutt se donner nouveau le temps de la rflexion. Nous nous en flicitons et sommes prts , s'il nous y convie, apporter notre pierre l'difice. Gageons que pour cette fois, le bon sens l'emportera...

Une dernire proposition: cette rflexion sur les dchets n'est-elle pas l'occasion de tout remettre plat et de lancer les " tats gnraux du nuclaire "?
Le Prsident,
Jol CAS

Coordination Nationale des Elus: Mairie de et 55000 Beurey/Saulx.


Page précédente: Les Assemblées Générales
Page suivante: Bulletin d'Adhésion